De Berthe Morisot à Cassandre

Publié le par RanDom

Voici trois dessins (crayons, marqueur et gouaches) pour remplir ma boîte de Pandore. Le premier est un hommage à Berthe Morisot (Bourges, 1841 - Paris, 1895), la belle-soeur de Manet, elle aussi peintre qui prit une part importante au mouvement impressionniste.

Si vous ne connaissez pas Berthe Morisot et ses oeuvres, vous trouverez plusieurs sites dont :
Un site sur les femmes peintres impressionnistes.
Voir aussi le Musée Marmottan à Paris.

Mon dessin est inspiré par ses femmes à leur toilette et représente l'artiste.




































Changement de style avec le dessin suivant qui colle mon style "marqueur" Noir et Blanc par-dessus des crayons de couleur.



























Il s'agissait ici de représenter l'adolescence, notamment nos interrogations d'adulte intégré dans une culture urbaine face à ce que nous montre la fille de sa recherche d'identité. D'où ce contraste entre le noir et blanc de l'adolescente et les "couleurs" de la ville, qu'on retrouve avec la mode gothique.
Mais je vous laisse interpréter la posture de cette fille et les éléments du décor urbain...

On retrouve le contraste entre Noir et Blanc et couleurs avec le dernier dessin qui est un hommage aux femmes de Corto Maltese. En prenant Cassandre pour modèle et un dessin d'Hugo Pratt.
Cassandre tient dans la main une tasse de café : ne lit-elle pas dans le marc ?
La légende, dans cette reproduction, est tronquée. Je la retranscris ici de manière complète : "Dans l'île de Scarpanto venait parfois se reposer un marin errant ; une femme qui lisait dans la géographie des destins le retrouvait régulièrement dans ce refuge imprévu."




























Il me semblait intéressant d'associer ces trois dessins de femmes.
 - Dans le premier, je me suis inspiré des oeuvres d'une artiste impressionniste.   
 - Dans le second, je me suis inspiré d'un modèle réel que vous pourriez croiser dans la rue.
 - Dans le dernier, je me suis basé sur un dessin déjà existant en utilisant mes propres techniques (fort rudimentaires). Le modèle original se trouve dans :
Hugo Pratt / Michel Pierre, Les Femmes de Corto Maltese, Casterman, 1994, p. 148.

Et ces trois dessins se rejoignent, tout comme l'art, la recherche d'une identité et les mystères des destins humains. Si j'ai choisi des femmes, c'est que dessiner prend du temps. Et comme je suis très impatient, en homme pressé, je préfère encore passer ce temps avec des femmes... Si je n'étais pas imprégné de culture chrétienne, je dirais comme un ancien Grec que ces femmes sont un peu ma figuration de déesses : une déesse de l'art et de la beauté ; une nymphe encore sauvage de la jeunesse ; une autre, image de la Pythie, déesse de l'amour et de la mort. Trois esprits dans ma boîte de Pandore...

Publié dans L'autre sexe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article