38 ans de mariage : leurs noces de Mercure

Publié le par RanDom

Pignouf87 se joint à moi pour souhaiter, à tous ceux qui fêtent aujourd'hui leur anniversaire de mariage, une très belle journée ! Chrétien par le baptême, influencé par cette religion qui nous offre à chaque fin de semaine un dimanche de repos, je ne suis pourtant ni pratiquant ni même croyant. Ma religion serait plutôt républicaine et laïque : la liberté de croyance est pour moi prépondérante et, si je me méfie des cultes, je respecte toutes les religions qui n'entravent pas le bonheur et les plaisirs de la vie.

Cet article est en deux parties : dans la première, le célibataire RanDom fait part de quelques réflexions philosophiques concernant le mariage. Ce n'est qu'un point de vue théorique et personnel qui ne demande qu'à être confronté à votre propre expérience de célibataire, de marié ou de divorcé. Dans ce domaine comme dans tous les autres, la liberté (pensée / opinion / croyances) est le fondement. Je profite ici de ma liberté d'expression...

Dans la seconde partie, je passe le relais à Pignouf87 qui n'a pas resisté à l'envie d'honorer des proches très proches qui sont mariés depuis 38 ans.

Partie I - Un célibataire face au mariage des autres
Je suis impressionné par les oeuvres produites par les religions et ne manque pas de traverser, par exemple, des temples ou des églises, non en simple touriste, mais en humaniste curieux des pierres imprégnées de sentiments humains. J'ai pu participer à des cérémonies religieuses concernant ma famille et, plus en observateur extérieur qu'en pratiquant, je n'ai pas hésité à partager mes émotions et mes marques de respect avec tous ceux qui s'engagent auprès d'un Dieu.

La religion est ce sentiment qui nous relie entre nous. Exclure toute religion de sa vie revient à s'exclure de la société. La croyance est une affaire intime et privée, mettre en accord ma pratique et mes croyances est déjà plus problématique car cela pose la question de ma place dans l'espace public. Il y a là une affaire de sincérité et de conscience. "Se marier à l'église ?" Ce n'est pas une interrogation anodine, surtout si elle impose à l'un des partenaires de faire une concession. Cette concession fait partie de celles qui  sont inscrites dans les fondations du couple. Le poids de cette concession dépend de la signification que l'on donne à la cérémonie. Le mariage, un engagement devant qui ?

Devant son épouse ou son mari ?
Devant l'Etat ?
Devant Dieu ?

Pour ma part, j'exclus Dieu : je suis agnostique, l'humain ne peut pas tout savoir, encore moins quand il s'agit d'une force "naturelle ?" supérieure. Cela ne m'empêche pas d'imaginer plein de choses, comme le ferait un Grec en se créant une mythologie voire une philosophie.

Ensuite, j'exclus l'Etat. Je ne me marie pas pour respecter une loi ou un gouvernement. Je m'engage assez pour l'Etat, ne serait-ce que par mon métier, je ne veux pas qu'en plus l'Etat me dicte ma vie privée. Cela relèverait du totalitarisme.

Je ne m'engagerais pas devant qui me demanderait en mariage. Ma réponse "OUI" serait forcément influencée par l'amour qui rend aveugle. Un OUI ne se déclare pas, sous peine de regrets ; il se construit dans la durée, avec cette peine et ces regrets équilibrés par des joies et des espoirs. Le résultat de cette construction peut être, malheureusement, négatif, débouchant sur la remise en cause et le divorce. A quoi bon s'engager devant son épouse ou son époux le jour du mariage pour culpabiliser ensuite ?

Le mariage serait alors un engagement devant soi, une décision personnelle. Je trouve d'autant plus beau que deux personnes prennent, chacune de son côté, sans influencer l'autre autrement que par l'amour, une décision personnelle unique, la décision de s'unir devant les autres. De marquer ce lien que les autres devront respecter. Bien sûr, une décision est difficilement personnelle et beaucoup de mariages sont forcés. Notre éducation, notre famille, notre culture, notre société, beaucoup de forces nous conduisent au mariage, nous conduisent à choisir un partenaire, familial et social, s'il n'est pas amoureux.

D'où ma définition de la religion : elle raccorde ma personne à la société, elle accommode mon destin comme une suite de choix personnels, occultant les influences extérieures qui encouragent mes choix intimes. Le Destin est pour moi une question philosophique déterminante. Je n'affirme pas que le Destin existe en tant que tel. J'essaye de comprendre comment se construit mon destin : quelle est l'équation mettant en jeu des choix (personnels, familiaux, culturels, sociaux, économiques, etc.) conduisant ma vie à être ce qu'elle est.

Baptisé à la naissance, communiant à l'enfance, le mariage agit comme un nouveau rite de passage en imposant à l'adulte un choix, un engagement. Le mariage n'est pas toujours forcé. Cependant, il force toujours. A la naissance, à l'enfance, on a moins de questions à se poser. On obéit. Mais l'âge adulte est celui où l'on ne m'oblige plus à obéir. Un mariage "réussi" est peut-être un mariage unissant deux êtres qui ont choisi de se marier en tant qu'adultes libres et à égalité. Un mariage me semble voué à l'échec s'il unit des personnes qui n'ont pas fait ce choix en tant qu'adulte. Tout mariage, qu'il soit "réussi" ou non, peut déboucher sur un divorce. Mais ce divorce sera mieux vécu s'il est le résultat de choix adultes et non la conséquence d'un mariage "raté".

Ces évidences sont les miennes. Elles ne sont pourtant pas des certitudes. Comme je ne crois pas en Dieu, je ne crois pas en des certitudes. Le doute est à la base de ma vie. Il ne me rend pas malheureux car le doute permet l'espoir. Rester célibataire pourrait me rendre malheureux mais en fait, cela m'offre une énorme bouffée d'espoirs. Et j'ai la chance d'avoir, dans mon entourage, assez de personnes mariées pour me rendre heureux. Alors pourquoi ferais-je comme les autres si c'est pour défaire ce petit bonheur ? Pourquoi ne pas faire comme les autres afin d'augmenter ce bonheur ? Quelle que soit la réponse, personne ne peut m'imposer mon destin, et ce sentiment de liberté est pour l'instant celui qui oriente mes choix personnels.

Partie II - Pignouf87 met à l'honneur ceux qui sont unis depuis 38 ans...
Pour vos 37 ans de mariage, il vous avait fallu du papier. Pour vos 39 ans de mariage, il vous faudra faire des crêpes. Mais pour ce qui concerne vos 38 ans de mariage, rappelez vous des hôtels où vous avez passé tant de nuits chaudes : c'est pourquoi on parle de "noces de mercure"...

Mais qu'est-ce que le mercure ? Elément de numéro atomique Z = 80, il s'abrège en Hg car son ancien nom est Hydrargyre. Métal liquide à température ordinaire, il se solidifie à -39° C et bout à 357° C. Il est utilisé comme liquide barométrique ou thermométrique et annonce par conséquent quel temps il fait dans votre couple : beau temps, variable, précipitations voire tempête ! Attention : n'offrez pas de thermomètre à votre conjoint(e) car depuis longtemps, le mercure est interdit pour son utilisation...

Pour tout savoir sur le mercure.

Pignouf87 n'ayant aucune connaissance scientifique, il préfère vous présenter Mercure, dieu romain du Commerce et des Voyageurs, assimilé au dieu grec Hermès. Né en Arcadie, il jouit d'une grande popularité dans cette région. A l'origine dieu du Négoce et père des Lares, il est le gardien des routes, des voyageurs, des commerçants, des voleurs et le messager des autres dieux. C'est le fils de Zeus et de Maïa, la fille du titan Atlas.


Hermès/Mercure guide les Ombres jusque chez Hadès et porte chance. Il est souvent représenté sous la forme d'un jeune homme, coiffé d'un chapeau ailé à larges bords, portant de sandales également ailées. Il tient l'insigne du héraut, le caducée, baguette entourée des deux serpents qu'ils avaient séparés avec son bâton entre eux alors qu'ils s'opposaient (tous ceux qui se rendront à la pharmacie aujourd'hui devraient voir ce caducée). Hermès/Mercure est également le patron des voleurs et des marchands et le dieu des voyageurs. A ce titre, il débarasse les routes des pierres (des trous et autres nids de poule ?). Ce travail donne naissance à de nombreux monuments érigés le long des routes, les "hermès". Leur culte est associé à celui du phallus, car Hermès était également un dieu de la fertilité. Les "hermès" n'étaient, à l'origine, que de simples amoncellements de pierres autour d'un pilier de section carrée . Ils sont ensuite surmontés d'une tête et ornés d'un phallus. Ces monuments, plus élaborés, ornent les rues des cités, les cours et les gymnases. La statue du dieu Hermès, adoré des sportifs, est souvent érigée sur les terrains de sport, sous la forme d'un jeune athlète (éphèbos).

Voir une reproduction de Mercure inventant le caducée (XIXe siècle, musée d'Orsay, Paris)

La naissance d'Hermès/Mercure est racontée dans "L'Hymne à Hermès" datant de l'époque homérique. Zeus fréquentait assidûment la Nymphe Maia, fille d'Atlas et de Pleioné, dans une grotte du mont Cyllène, tandis qu'Héra était endormie. Il lui donne un fils du nom d'Hermès, né aux premières lueurs du jour. L'enfant sort seul de la grotte à midi et trouve une tortue qu'il tue pour confectionner la première lyre. Il lui faut plusieurs vaches ou moutons pour confectionner les cordes. Il se rend en Macédoine, dans la soirée, et vole cinquante vaches du troupeau d'Apollon en visite chez Hyménaeos, le fils de Magnés. Les animaux sont traînés par la queue jusqu'à Pylos, dans le Péloponnèse, près de la rivière Alphée. Il brouille la piste, en attachant du feuillage à ses pieds, et sacrifie en chemin deux animaux aux douze dieux de l'Olympe, sans toutefois les consommer. Il brûle les têtes et les sabots pour supprimer les traces de son forfait, cache le reste du troupeau et jette les feuillages de ses sandales dans la rivière. Il retourne alors dans son berceau.

Pignouf87, Hermès et les vaches

Apollon, prévenu par Battos (plus tard pétrifié par Hermès), interroge l'enfant qui s'exclame : "hé, c'est pas moi qui ait volé les vaches : je sais même pas comment ça se dit, vache !" Apollon le fait alors comparaître devant le tribunal de Zeus. Il dérobe, au cours de son explication, l'arc et le carquois d'Apollon qui avait le dos tourné. Zeus, l'ayant vu faire, lui ordonne de restituer le bétail. Hermès rend l'arc et le carquois, montre l'endroit où les vaches étaient dissimulées, puis joue de la lyre. Apollon oublie les vols en échange de l'instrument et devient l'ami d'Hermès. Il fait de lui le protecteur des bergers et lui enseigne l'art de prévoir l'avenir à l'aide de petits cailloux. Il lui offre son bâton (en grec : kerykeion - en latin : caduceus) comme marque de pouvoirs. Hermès est le protecteur des troupeaux (nomios) lorsqu'il est représenté portant un bélier sur les épaules.

Hermès doit amadouer Héra qui maltraitait les enfants illégitimes de son mari. Il s'emmaillote à nouveau dans ses langes - certains prétendent qu'il prend la forme d'Arès, le fils d'Héra - et tète le sein de la femme de Zeus ! La nourrice traite alors Hermès comme son fils. Hermès sauve ensuite Dionysos, encore enfant, de la colère d'Héra.


Le nom d'Hermès apparaît souvent dans la mythologie grecque. Pignouf87 retient surtout le concours de beauté (Miss Grèce avant Jésus-Christ) qu'il organise entre Héra (femme de Zeus), Athèna (fille de Zeus, vierge) et Aphrodite (la Belle), arbitré par Pâris, celui qui enleva Hélène et qui fut à l'origine de la guerre de Troie.

Lire l'article du journal de Pignouf87 sur le concours de Miss Grèce avant Jésus-Christ.

Hermès, associé aux Enfers, accompagne les Ombres des mortels jusqu'au Styx, que Charon leur fait traverser. Il prend alors le nom de Psychopompos, le conducteur des âmes. Il aide Héraclès quand celui-ci cherche Cerbère. Zeus l'envoit chez Hadès demander le retour de Perséphone. Hermès raccompagne Orphée chez Hadès, lorsqu'elle perd son droit à ramener Eurydicé parmi les vivants.

Parlons maintenant d'amour car que serait le mariage sans amour...
Hermès a de nombreuses liaisons amoureuses... Hum, je n'ai jamais dit qu'on parlerait de fidélité ! Il donne naissance à Hermaphrodite et Priape en séduisant Aphrodite. Celle-ci succombe à son charme après avoir été dépouillée de l'une des sandales d'or par un aigle envoyé par Zeus (qui voulait aider son fils) alors qu'elle se baignait dans le fleuve Achéloos. Hermès offrit de lui rendre la sandale en échange de ses faveurs. Il engendre Pan d'une Nymphe ou de Pénélope, la fille de Dryops et Daphnis. Il tombe amoureux de nombreuses mortelles, dont Hersé, la fille de Cécrops qui lui donnera Céphale. Hermès transforme en pierre Aglauros, la soeur protectrice d'Hersé. Il aime Apémosyné, qui courrait trop vite pour lui. Il la fait glisser en déposant des peaux de bêtes sur son chemin. Son frère Althaeménès la battra à mort à coups de pied lorsqu'il découvrira qu'elle était enceinte.

Voyage et religion : d'Hermès à Saint Jacques...

Aujourd'hui, Mercure a rejoint l'espace !


La planète Mercure, située à environ 57,6 millions de kilomètres du Soleil, est la planète la plus proche de ce dernier. D'un diamètre de 4 878 kilomètres, elle tourne autour de l'astre solaire en 87,97 jours à la vitesse de 47,89 kilomètres par seconde. La température à sa surface varie entre -180° Celsius et 430° Celsius...

Pignouf87 n'a pas pris la peine de trouver une conclusion à cette article. Il sait que vous êtes à présent particulièrement armés pour faire monter la température au cours de ces noces de mercure. Par conséquent, il est déjà partie, avec une lumineuse idée de cadeau... Bon, il n'a pas de quoi se l'offrir ni de femme à qui l'offrir, mais au moins a-t-il une idée, et c'est déjà un bon départ dans la vie !

La pensée de Pignouf87 pour vos 38 ans de mariage (noces de mercure) : "il y a Hermès et Hermès !"

Publié dans Archives

Commenter cet article

dalifan 11/10/2008 16:14

etant donné que tu connais doué et zarrasse, tu mérites un petit com, bonne route sur OB random !