Divieto di affissione

Publié le par RanDom

Gros écriteaux et petite Vierge Marie ou Divieto di affissione, avril 2008

Pignouf n’est pas croyant et pense plus souvent à sa mère qu’à la Vierge Marie.
Alors pourquoi cette photo ?

 

« Tu files trop vite dans les rues, RanDom, tu n’écoutes jamais ce que les murs te disent ! »

 

Je m’arrête. Je vois le temps qui passe, avec ce crépi rouge qui pâlit et des briques qui perdent leur peau. Nous sommes à Venise où les masques tombent. « Défense d’afficher » interdit le petit panonceau crucifié sur la façade. Tout porte à l’humilité. Cependant, en noir sur blanc, de grosses lettres nous situent, de grands cartouches repeints là nous rappellent quelques indications de lieux. Il ne faudrait pas se perdre dans les ruelles de la Sérénissime, il ne faudrait pas s’égarer dans les lignes tumultueuses de ses vies et canaux. Je suis sur le petit pont, à prendre la photo. Le chant d’un gondolier se précise. Il cherche peut-être à m'avertir. Il veut peut-être ajouter quelques contes de plus à mon cliché.

 

« Pourquoi repeindre ces indications de lieux, de paroisses, de ponts, si on laisse leurs murs ainsi décrépir ? »

 

Ces grands cartouches en noir et blanc me font penser à ceux que l’on trouve au bas des paquets de cigarettes : « Fumer nuit gravement à la santé ». Leur violence contraste avec la douceur qui entoure la Vierge Marie. Elle est abritée dans son alcôve. « Défense d’afficher ». On a repeint son nom, en grosses lettres sur un champ d’un blanc immaculé. Deux anges, qu’on pourrait prendre pour deux cupidons, ouvrent les rideaux et elle apparaît dans toute la gloire de sa maternité. Une couronne torsadée paraît la suspendre dans les airs, hors du temps, hors du mur. Je me demande même si ce n’est pas elle qui blanchit le crépi pour atténuer la couleur de la Passion.

 

Et puis me vint le doute… Que veulent ces gens qui s’affichent ainsi sur ce mur, tel ce passant qui ne peut s’empêcher d’y laisser quelque graffito ? Ouvrent-ils leurs fenêtres et leur esprit à la douce gloire de la Vierge Marie ou cherchent-ils plutôt à attirer notre attention sur autre chose ? La Vierge Marie est au centre, mais que ne fait-on pas pour détourner les regards de ce centre ! Que ne fait-on pas pour rappeler l'identité de cette femme amoureusement sculptée, comme si l'on craignait un retour au culte gréco-romain de la Fortune ! Le temps passe, les cultes se succèdent, mais les espoirs de gloire et d'éternité sont restés. « Défense d’afficher » disait pourtant le panonceau crucifié sur un crépi en voie de décomposition…

 

« Allez, file, RanDom ! Si tu persistes à vouloir comprendre les murs, tu risques de devenir sourd ! »

 

Paroisse Santa Maria Gloriosa Dei Frari

Publié dans Mes photos

Commenter cet article

Tietie007 09/07/2009 09:38

Venise est un musée à ciel ouvert, et il faudrait plus d'une vie pour découvrir tous les trésors de cette cité.

leslie 25/01/2009 18:07

chat alors un chat perché

RanDom 25/01/2009 18:37



Il sait prendre la pose, ce sacré sphinx !



Catgirl 25/01/2009 12:40

j'avais saisi que c'était un délire et j'avais aussi vu que tu avais mis le chat en photo cette photo est réussi, à cause de la luminosité, de l'ombre du chat, et du chat qui regarde au loin ;) et c'est pour cela qu'il ne fallait pas le centrer, mais le situer de sorte qu'on est vraiment cette sensation qu'il regarde au loin ;)c'est pour ça que je te les recadrer légèrement ;)j'espère que le temps sera avec toi pour que tu puisses aller faire une balade cet pm, et surtout n'oublie pas ton leica, ou ton numérique ;)bisous

RanDom 25/01/2009 18:41



Ton recadrage donne une seconde vie à cette photo perdue dans le grenier de mon ordinateur. J'étais surtout content de moi d'avoir réussi à prendre un chat sans que
ce soit tout flou ! Et là, tu apportes ta touche artistique ;) ton expérience de la photo. Alors merci.

Un vrai temps de chien, aujourd'hui. Mon chat est resté bien au chaud. Pignouf râle parce qu'il n'a rien d'un chat, certes, il lui manque quelque chose, la moustache, peut-être.

Bisous. Passe une agréable soirée. Une jolie fin de dimanche.



Mu 25/01/2009 11:50

Il est des villages vers chez moi dont je ne regarderai plus les certains murs de la même façon ... ;0)

RanDom 25/01/2009 18:47


Puisqu'on préfère construire des murs pour séparer les gens, autant les transformer en supports de rêves et d'imaginaire et supporter ainsi, plus facilement, les
voisins :D


Catgirl 25/01/2009 08:05

ils n'affichent que le nom de la vierge et celui du pont ... ils n'affichent pas des pubs et autres choses ;)tu aurais préféré qu'ils gravent dans le crépis déjà décrépi les noms ?ce qui me plait dans ce mur, ce sont les briques que l'on voit apparaitre sous le crépis ça donne le cachet ;)j'aime aussi le contraste de ce mur rouge passé avec le vert ...et si on regarde à gauche, on voit des gens !!!on peut écouter les murs sans pour autant chercher à les comprendre ;)bien vu pour l'idée du contraste en le rapprochant des paquets de cigarettes !dis Pignouf, tu fumes ?:0010:

RanDom 25/01/2009 11:05



Mon texte est un petit délire, comme ça, un attendrissement autour d'une femme sculptée qui porte un enfant et qu'on appelle Vierge Marie parce que c'est écrit en
grosses lettres. Mais est-ce vraiment Marie ? Bientôt, je l'appellerai Marj', les Grecs l'appelleraient Tyché (la Fortune, le Hasard...) Le gros écriteau, c'est pour nous empêcher
d'imaginer, de nous tromper de femme, de tromper Marie.

Bien sûr, quand j'ai pris la photo, j'étais charmé par les couleurs de Venise, et ce havre de paix en dehors du tumulte de la rue. Quand j'ai mis la photo en grand sur mon écran d'ordinateur,
j'ai été frappé par le plan, tout à fait à gauche, de la rue qui se met en retrait et que le mur semble écouter.

Tu as raison, vouloir les comprendre, c'est se taper la tête contre les murs !

Le prochain article de "mes photos", ce sera le chat que tu as recadré et que j'ai mis en tête de mon blog, dans ma "fenêtre ouverte".

Bonne journée !

PS : Pignouf ne fume pas, ni RanDom, mais n'aiment pas que l'on ostracisent les fumeurs, même s'ils doivent sortir pour fumer.