Le Parthénon, un monument dans l'Histoire

Publié le par Dam

Pignouf revient du plus profond de mon blog pour me rassurer : le Parthénon est encore là, fièrement dressé sur son Acropole, attirant toujours autant de visiteurs, à Athènes et sur mon site.

 

"Encore un mystère lié au monument grec ! soupire mon Gnouf : tu fais un simple compte-rendu d'un documentaire passé sur arte, et voilà que ton article devient le plus visité alors qu'il n'est même pas ton préféré ! Même pas sûr qu'il réponde à toutes les interrogations des curieux ! 

J'imagine un élève pressé par son professeur de faire un exposé sur le Parthénon. Il recherche des informations sur les effets d'optique du temple, l'ordre dorique de ses colonnes, etc. Il clique, plein d'espoirs, à l'idée que mon article puisse lui apporter toutes les réponses... Et sur quoi il tombe ?

Il tombe là-dessus ! Cliquer pour voir l'article en question.

"Ah la la ! Il te faut toutes ces phrases pour décrire quelques vieilles pierres ! râle encore Pignuit : tu devrais mettre un avertissement en tête d'article...
- Par exemple ?
- Ceci : Attention, l'auteur de ce blog décline toute responsabilité en cas d'ennui mortel provoqué par la lecture d'un compte-rendu aussi long... Si malgré tout vous vous êtes risqués à lire, il y a de fortes chances que vous n'ayez pas trouvé de réponse à vos questions. Dans ce cas, n'hésitez pas à vous plaindre en laissant quelque commentaire vengeur !"


D'accord, Pignouf, je vais y penser. En attendant, je vais conseiller aux élèves et aux étudiants intéressés par le Parthénon, ou forcés de s'y intéresser par un professeur helléniste, un livre.

Cliquer sur la couverture du livre pour obtenir les références sur le site de l'éditeur.
Ce petit livre de 240 pages, publié en 2008, montre que le sujet n'est pas épuisé. Bien des détails de la fameuse frise des Panathénées (dont il fournit un très beau dessin au trait sur une planche en portefeuille) posent encore des questions, auxquelles l'auteur suggère des réponses qui ne sont pas sans intérêt. Rappelons la principale difficulté : l'état de délabrement du monument et la dispersion de nombreux fragments sculptés.

Eh, Pignouf ! Repose le pied que tu as pris ici et la main que tu as prise là !!!

Le livre de François Queyrel présente l'histoire du Parthénon, de sa construction au Ve siècle avant J.-C. à ses malheurs ultérieurs, qui commencent dès la fin de ce même siècle, par un incendie qui ravage la partie arrière. Le temple d'Athéna devint église puis mosquée, et même réserve de munitions (d'où son explosion en 1687). Ensuite, le Parthénon subit les avanies de ses admirateurs, empressés à s'en approprier des morceaux.

Eh, Pignouf ! Je t'ai dit de reposer le pied que tu as pris ici et la main que tu as prise là !!!
- Oh, Dam, tu ne trouves pas que tout ça ferait de chouettes presse-papiers ?

Les efforts récents pour rendre au temple une part de sa splendeur passée et d'en réunir les éléments dispersés firent l'objet du documentaire diffusé sur arte et du compte-rendu qui attire la plupart des visiteurs sur mon blog. Qu'ils soient ici remerciés de leur visite, qu'elle fut ou non fructueuse. Si vous avez lu jusqu'ici, n'hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Publié dans Passé Présent

Commenter cet article

Catgirl 09/04/2009 06:44

je confirme cela ferait de biens jolis presse-papier.ah oui 240 pages, je suppose qu'il devait y avoir des images ;)dans 50 ans, comment sera le parthénon, le temps, les hommes, aura t il continué à résister ?bisous

Dam 09/04/2009 18:17



Des images oui, et c'est écrit suffisamment gros ;)

Le Parthénon est la trace d'une civilisation qui n'a pas su résister. Les monuments et leurs ruines sont les empreintes d'hommes qui n'ont pas su s'adapter ni résister. Nous conservons ces ruines
pour nous rappeler que nos civilisations sont mortelles, vouées à disparaître. Il n'en restera que nos empreintes, et d'autres civilisations chercheront nos traces pour découvrir ce qui nous a
fait périr. Je te laisse imaginer ce que ces civilisations à venir pourront dire de nous, à partir de nos réalisations.

Bonne soirée ! Je t'embrasse, pas de marbre.



CHRISCRAFT- 07/04/2009 19:19

j'ai un bras surnuméraire je l'envoie oùla venus de milo

Dam 07/04/2009 19:55



Au Louvre, en recommandé (par Achille qui cherche encore dans le temple d'Athéna Nike de bonnes chaussures de sport pour éviter des ampoules au talon !)