Jeudi 4 juin 4 04 /06 /Juin 19:12

        Il y a 40 ans (en juillet 1969), un homme posait un petit pas sur la lune. Conquête pour les uns, fin du rêve pour les autres... Si cet événement mérite bien une belle page dans notre Histoire de l'Humanité, il ne doit pas nous faire oublier le rôle qu'y jouèrent les animaux. C'est en effet une chienne qui fut le premier être vivant à quitter la planète Terre pour tourner dans l'espace intersidéral. Elle s'appelait Laïka et de cet espace où nous scrutons encore les étoiles, elle n'en revint pas. Le 3 novembre 1957, cette chienne, de race spitz, embarqua à bord du satellite Spoutnik II. Logée dans un petit compartiment spécialement aménagé à cet effet, elle pouvait se procurer de la nourriture grâce à une sorte d'appareil distributeur. Au bout de six jours, selon les tests effectués depuis la terre, elle semblait toujours en bonne santé, mais il n'était pas prévu que le satellite fit retour vers notre planète. Les réserves d'oxygène finirent par s'épuiser, et Laïka expira. La décision avait été sans doute largement mûrie par les responsables soviétiques des programmes de conquête spatiale. Bien sûr, les rumeurs allèrent ensuite bon train à propos de la mort de cette chienne. Celle-ci était-elle bien due au manque d'oxygène ou bien la chienne avait-elle avalé, au bout de quelques jours, de la nourriture sciemment empoisonnée à l'avance ? Ou encore avait-elle été tuée accidentellement par l'appareil distributeur ou, plus simplement, brûlée par les rayons du soleil ?

Photo de la Pravda : la chienne Laïka sera envoyée dans l'espace où elle mourut pendant la troisième orbite.

        On ne retrouva jamais le cadavre de Laïka, décomposé dans la capsule : après 162 jours et 2370 rotations autour de la terre, on récupéra les débris de Spoutnik II qui avait explosé au-dessus de la mer des Caraïbes. Il ne restait plus rien de l'animal. Envolé...

        Malgré cet événement marquant de l'histoire canine, Laïka aurait pu rester à jamais anonyme. D'ailleurs, le nom véritable de la chienne fut longtemps ignoré. Elle fut tour à tour appelée, à l'étranger, Damka, Linda puis Locki, avant d'être identifiée et certifiée Laïka. De Moscou (où elle fut statufiée) à Asnières (où une stèle est érigée à sa mémoire dans le célèbre cimetière pour chiens), Laïka acquit cependant une célébrité post mortem : elle fut déclarée martyre de la science. 

→ Les Russes envoyèrent d'autres chiennes (husky) dans l'espace qui, elles, revinrent vivantes. D'autres animaux partirent vers les étoiles, des souris, des rats, des insectes... Si les chiennes furent célébrées de leur vivant - elles avaient survécu - les autres bestioles n'obtinrent pas une telle reconnaissance. De leur côté, les Américains, par amour pour les chiens (?), préféraient envoyer des singes. Encore des femelles : deux guenons, nommées Able et Baker, furent placées sur orbite le 28 mai 1959. Elles étaient bardées d'électrodes, entourées de caméras et d'appareils enregistreurs. Elles s'élevèrent à près de 500 km au-dessus de la Terre avant de la retrouver, saines et sauves (plus âgée, Able mourut huit jours après son retour).

→ Les animaux ayant ouvert la voie aux étoiles, les humains pouvaient à leur tour conquérir l'espace et devenir des stars. Le cosmonaute Youri Gagarine (1934-1968) fut le premier homme à accomplir, le 12 avril 1961, un vol à bord du vaisseau spatial Vostok I.

 Michel Pastoureau, rendant hommage à Laïka dans son ouvrage, Les Animaux célèbres, Arléa, 2008, p. 299-302, conclut que le vol du premier homme dura 108 minutes pendant lesquelles le cosmonaute n'absorba aucune nourriture empoisonnée.

À Helsinki, un groupe de chanteurs de "surf instrumental" (Surf / Punk / Lounge) prit pour nom Laika and the Cosmonauts. Retrouvez ici leur site ou ici sur MySpace.


Par Dam - Publié dans : Les animaux aussi
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Des mots entre nos chairs

Notre plaisir tient à ce baiser mêlant aux mots des autres nos propres mots pour composer des chairs, des chairs qui, entre nous, pourraient nous rendre légèrement sensibles. Alors bienvenue sur ces rives où Dam & son coblogataire Pignouf vous accompagnent.

De leur écriture.

Et n'oubliez pas de balancer votre petit caillou pour en compter les ricochets. On ne sait jamais, peut-être bien que l'Auzette...

Quelques notes de passage

Un mot plus haut

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus